mercredi 4 janvier 2017

Incursion rive gauche de l'Aveyron


Sortie du samedi  17 décembre à la grotte du bassin à Penne


Secteur : Grésigne et alentours

Commune: Penne (rive droite de l'Aveyron)

Météo : ciel bleu, presque chaud

Participants : Charlette, Christophe, Louis, Régine, Bernard A. , Marcelle et Alain

Sites visités : grotte du bassin

Voitures : Christophe


La petite grotte dite du "bassin" 

Nous sommes, ce jour-là, retournés au bord de l'Aveyron. Même chemin que la sortie de cette fin d'octobre.

Après une ascension de la pente, par une piste abrupte, nous avons enfin trouvé la grotte du “bassin" à proximité du bâtiment exploré précédemment (1). ll y a de fortes chances pour que les deux bâtiments aient eu un lien par le passé.

La grotte est à flanc d'une petite falaise "bajocienne" et offre une belle exposition au sud-est.
Elle présente la caractéristique d'avoir un bassin remarquable, disposé à son entrée, qui lui a d'ailleurs donné son nom. Il est taillé à même la roche dans une protubérance de nature calcitique. Les margelles de ses faces sont très irrégulières. La forme générale s'apparente à celle d'un triangle. La cuve est profonde de 20 centimètres environ.


 La grotte du bassin telle que l'ont relevé les membres de la SSPCV tout récemment.


Un diverticule prolonge l'abri mais, à ce jour, il est beaucoup trop étroit pour un passage humain.

Ce type de grotte est-il lié à une activité pastorale avant l'installation des vignes? Sa fréquentation, encore actuellement, a sans doute perturbé les couches de sédiments qui ne sont pas profondes.


Cette petite cuve si originale fruit d'un travail de creusement eut-elle des fonctions rituelles (2) ou, plus simplement,  servait-elle à abreuver le bétail ? La question reste en suspend.
Par ailleurs, la cavité était - toute ou en partie - clôturée par un muret d'un mètre de haut dont il demeure encore des blocs en formation sur les côtés. Le bassin s'inscrit ou s'intègre dans l'alignement de ce mur légèrement à l'intérieur de la cavité. Il reçoit de l'eau du haut de la cavité.

La grotte du Roc de Pujol


Dans un deuxième temps, nous nous sommes rendus à la grotte du Roc de Pujol. Grotte sèche, elle connaît un développement sur une centaine de mètres. Le réseau est facile à explorer mais ne comporte apparemment aucune gravure. Elle n'a pas donné lieu à des aménagements particuliers et originaux.


Vulpes vulpes, renard en cours de calcification. Il est en connexion anatomique...
Étrangement aucun carnivore n'a dérangé son squelette.

Le sol sur le fond est recouvert d'argile avec de hauts plafonds à marmites.


Notes
(1) - Pour ce, nous remercions Bernard Valette de ses précisions.
(2) - On peut renvoyer le lecteur aux travaux menés par Georges Brétaudeau dans Les Alpes du Sud à propos de ce genre de structure.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire