samedi 22 août 2015

Fragments insolites au Riols


Compte rendu de la sortie du CAPA du lundi 17 août 2015
Le Riols et Saint-Martin-Laguépie


Secteur : Cordais et Tarn-et-Garonne

Commune : Le Riols et Sommard (Saint-Martin-Laguépie)

Météo : grand beau temps

Participants : Yann, Christophe et Yvonne

Sites visités :  hameau de Sommard, meulière de la Marèze

Sites vus et évoqués : sablière de Lexos, les plâtrières de Varen, fours gallo-romains du cap de la forêt et verrerie 

Voiture : Christophe et Yvonne




En premier lieu, une pierre mystérieuse


Mais qu'est-ce donc? Les cupules sont comblé par la mousse suite à une exposition à l'extérieur.
Le grès est homogène.







Des cavités alignées. Pour quel usage ?


C'est Yvonne Da Silva qui a sollicité notre venue.
Elle nous reçoit chez elle à Lexos(1), puis nous nous rendons ensemble à Belvert sur la commune du Riols. 


C'est un hameau de quelques maisons. L'Aveyron est tout près à une centaine de mètres. Nous sommes dans la propriété de Mme Gayral qui n'a pas pu se libérer ce jour-là. Nous trouvons rapidement la raison pour laquelle nous sommes venus : au bord d'une remise un bloc de pierre bien étrange que nous prenons en photo sous toutes les coutures. De part son aspect, il nous laisse perplexe (2)



En grès fin - et non en conglomérat - il mesure un demi mètre de hauteur. Parce qu'il est partiel, le bloc est difficile à identifier. En tout cas, il est "cupulé" tous les centimètres sur une seule face bombée. Les dépressions "en tronc de cône" ont un demi doigt de profondeur. Alignées, de la même taille, elles ne sont apparemment pas l'œuvre d'une machine.

Autour, un autre fragment, plus petit mais du même genre. Puis plus rien. Mise à part une tegula trouvée dans le champ en pente qui conduit au Roxé.
Parmi les objets étalés, il y a des meules et un rouleau de nature plus classique.


Nous n'avons rien remarqué d'autres à proximité.

Dans ces conditions, nous laissons le soin aux membres du CAPA et à leur entourage ainsi qu'aux lecteurs du blog l'occasion d'exercer leur sagacité. Nous ne nous lancerons pas dans un pronostic. Vous serez tenu au courant si il y a lieu de l'être.

Les restes d'un four à chaux



Localisation d'exploitation de chaux. Source: carte IGN (Géoportail)

Par la suite, nous nous rendons par la D34, plus au sud, au lieu-dit les « Fours à chauds » où nous trouvons effectivement la triade connue. Un bâtiment en ruine presque complète,  des trous d'exploitation à ciel ouvert et, bien sûr, un four à chaux au bord du chemin. Un seul en dépit du toponyme "Les fours à chaux". 
Du four, il reste en 2015 des éléments en pierre de la chaudière en cylindre qui forment encore un demi cercle. Il s'appuie comme souvent sur le relief. Apparemment, il a été couvert par une bâche dans sa partie inférieure. Son état de délabrement est quasi complet et dans quelques années, il n'apparaîtra plus que par le toponyme (3). Aussi, nous enregistrons sa position.

Les sarcophages de Sommard

Au hameau de Sommard, nous nous rendons à l'église Saint-Jean-Baptiste où deux sarcophages sont actuellement protégés sous un apenti spécialement construit à cet effet.






Deux mots sur ces sarcophages qui - si ils sont très connus - n'ont pas engendré la moindre  littérature (4).

Nous remarquons deux blocs en grès creusés. Deux cuves. L'une est brisée. L'autre est dans un état de fraîcheur surprenant. Le sarcophage le plus au sud est coiffé d'un couvercle sans batière bien nette mais légèrement arrondi tout de même On voit très distinctement des butées rectangulaires à l'intérieur du sarcophage le plus au nord.


Les sarcophages à côté de l'église Saint-Jean-Baptiste à Sommard Source : carte IGN (Géoportail)

Je ne note pas de traces d'inscription, de bas-relief quelconque, ni de trous. En revanche, nous remarquons très bien une découpe céphalique (photo du bas) dans laquelle se logeait certainement un oreiller en matière périssable pour que le défunt puisse avoir la tête droite et regarder le ciel pour son salut.

Qu'en-est-il de leur présence ici ? Nous l'ignorons. Il y a fort à parier que l'église Saint-Jean-Baptiste lors d'aménagements divers ait livré ces deux-là.

Des meules rotatives gallo-romaines en réemplois

À l'allure où elles disparaissent (5), je note une série de réemplois de meules gallo-romaines (en portion découpée) dans le mur du cimetière sur le haut comme couronnement et dans les clôtures des jardins.


Trois demi meules de facture gallo-romaine verticales couronnent le mur du cimetière



Meule verticale encastrée dans un mur. Elle est facile à repérer.



Nous terminons par une visite des carrières gallo-romaines de la Marèze dont nous avons parlé à plusieurs reprises. Nous tenons à remercier Yvonne notre guide de l'aprés-midi.



Notes

(1) Yvonne me montre un biface partiel en silex ramassé sur le chemin de Caudecoste (Milhars). Il est à notre disposition pour photographie. 

(2) S'agit-il d'un fragment de meules ? D'une ébauche? D'une préforme? De quel type?

(3) D'où l'importance de conserver ceux qui restent en bon état. Un à deux par département...

(4) À notre humble connaissance.

(5) Il est bon de la rappeler et d'en prendre conscience.





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire